5 Minutes pour tout comprendre!

 

Un site naturel exceptionnel vieux d’environ 13 000 ans

• C’est dans l’empreinte laissée par un glacier au pied du massif du Sancy
qu’est apparu le lac de la Crégut. Il fait 36 hectares, il est profond de 26 mètres.
• Il est la propriété des sectionnaires des hameaux proches du lac
et est géré par le conseil municipal de Trémouille.
• Il fait partie des Sites Naturels Inscrits, il est protégé par la loi du 2 mai 1930.
• Il est protégé au titre de la Loi Montagne 1985.
• Il est situé dans la Réserve de Biosphère Dordogne de l‘Unesco.
• Il est classé en Znieff de type 1 par le Muséum National d‘Histoire Naturelle.
• Il est dans le Parc Naturel Régional des Volcans d’Auvergne.
• Il était classé comme « eau close » et nos anciens y pêchaient dans ses eaux limpides
   et oxygénées l’omble chevalier, la perche ou le vairon jusque dans les années 70.
• Depuis 1955, nos élus ont toujours voté contre le projet de complexe hydraulique que portait déjà la société EDF, pour préserver le lac de la Crégut.
• Ils n’ont jamais été entendus.

Un havre de paix pour les habitants des hameaux proches de ses berges

La vie n’était pas facile après-guerre dans cette région isolée de l’Artense.
L’eau claire, fraîche et disponible même les années de sécheresse permettaient d’abreuver le bétail
et d’assurer quelques repas avec ombles, perches ou fritures souvent pêchés par les gamins
ou les quelques touristes de passage !
Le lavoir installé dans le ruisseau à la sortie du lac accueillait quotidiennement les lavandières
venues battre le linge et commenter les derniers potins du pays.
Ces eaux calmes propices à la baignade ou à la balade en barque ont certainement été à l’origine de quelques demandes en mariages entre amoureux conquis par la beauté des lieux.

 

1970, mise en place du complexe Hydroélectrique EDF de la Haute Tarentaine.

L’exploitant avait envisagé dès 1955 d’autres plans dont certains contournaient le lac naturel mais ils n’ont pas été retenus.
Une servitude d’aqueduc (canalisation) imposée par la loi aurait dû être mise en place par l’exploitant avant la mise en eau du complexe.
L’exploitant a préféré passer en force sans tenir compte des mesures de protection dont bénéficiait le lac

Bassins versants naturels et artificiels du lac de la Crégut

Le lac de la Crégut avait un petit bassin versant de 2 km2 qui apportait peu de sédiments susceptibles de troubler ses eaux limpides et de le transformer en tourbière comme les lacs de la Pignole, de la Cousteix ou de Laspialade.
Mais depuis 1970, EDF a modifié artificiellement son bassin versant qui est passé à 90 km2 apportant des millions de m3 de sédiments arrachés à la montagne.
La retenue du Tact s’est vite comblée et le vieux lac naturel de la Crégut fait office de « bassin de décantation » idéal pour l’exploitant !