• Sauvegarde du lac naturel de La Crégut

    Lac naturel de La Crégut : forte dégradation du milieu aquatique

    L’Association de Sauvegarde du Lac de la Crégut, forte de plus de 500 membres, s’est mobilisée depuis 1992 pour défendre la qualité de ce milieu aquatique, très atteinte par la mise en exploitation du complexe hydroélectrique de la Haute-Tarentaine : recevant des eaux chargées, le lac stocke durablement cette charge depuis 45 ans.

    Dans une situation paysagère exceptionnelle, ce lac avait été étudié en 1939 par Luc Olivier, l’inventaire faunistique et planctonique soulignant alors une biodiversité significative, associée à une grande transparence de l’eau comprise selon la saison entre 2,8 m et 4,3 m.

    En 1970, au démarrage de l’exploitation par EDF, le Directeur Départemental de l’Agriculture du Cantal évoquait l’intérêt piscicole tout particulier du lac de La Crégut qui est le seul lac naturel du Cantal où vivait l’Omble chevalier, très réputé pour la qualité de sa chair, mais par suite de pêches trop intenses, cette espèce a considérablement diminué. Ce poisson est très exigeant vis-à-vis de la qualité des eaux qu’il fréquente. On espérait alors une amélioration de la qualité des eaux du lac, par une augmentation de son oxygénation par le futur transit du débit important des dérivations. Cela aurait pu assurer une introduction d’autres salmonidés, ce qui aurait constitué un attrait touristique pour la région de Champs sur Tarentaine.

    Cet espoir a bien vite été balayé : au bout de quelques années la qualité des eaux s’est considérablement dégradée et la biodiversité fortement atténuée. Des études partielles de l’exploitant avaient été réalisées entre 1994 et 2005, mais une étude plus récente et des observations directes du milieu rendent désormais mieux compte d’une situation très préoccupante : transparence moyenne de 1,9 m, forte charge en matières en suspension et en matières organiques, littoral envasé, modification de la nature et de la fréquence des végétaux, population considérable d’anodontes, moules d’eau douce opportunistes avides de matières organiques en suspension, population piscicole de médiocre qualité.

    L’Association de Sauvegarde du lac de La Crégut continue sa lutte pour que soit mis fin à sa dégradation dans un premier temps et qu'à la suite il retrouve son état originel.

    Les conditions climatiques de l'été 2016 ont permis, malheureusement, de constater l’implication primordiale de la retenue du Tact dans l’envasement du lac de La Crégut. Les photos ci-dessous, prisent à quelques minutes d’intervalles, au mois d’août 2016, en entrée et sortie du Tact sont plus parlantes que toutes les études encore en cours.

    Arrivée de la dérivation de L'Eau Verte dans le Tact  Départ de la dérivation du Tact vers le lac naturel de La Crégut

     Arrivée de la dérivation de l'Eau Verte dans le Tact                              Départ de la dérivation du Tact vers le lac naturel de La Crégut

    La retenue du Tact, saturée en boues et matières en suspension (M.E.S), génère sa propre pollution et relargue dans le lac de La Crégut le produit de sa digestion : à partir d’une eau claire, elle fabrique et déverse dans le lac de La Crégut des immondices boueux.
    Espérons que la justice saura prendre en compte toutes ces évidences et statuera rapidement avant que les dégâts ne soient irréversibles.

    LA RETENUE DU TACT EST LA CAUSE DE LA POLLUTION ET DE L'ENVASEMENT DU LAC NATUREL DE LA CREGUT

    Les photos prises le 21 juillet 2017, annoncent des jours sombres pour le lac de La Crégut.

    Voir les photos : Retenue du tact = pollution du lac de La Crégut

     

    « Bulletin d'adhésionLac de La Crégut : en savoir plus »
    Yahoo! Blogmarks Pin It

    Tags Tags : , , , ,
  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :